ECOVIA : Un projet au Centre-ville de Montpellier, 85, av. d’Assas.  1 400 M2 de SAH, un immeuble de 5 étages , 19 appartements du T1 au T4, 1 commerce , dans une résidence de 5 immeubles.

Genèse et descriptif du projet, achevé en mai 2019

Prix: 3 233 € TTC /M 2 hab 

Achat en VEFA à la SCCV ECOVIA 34, émanation de la SEM Hérault Aménagement

Murs béton banché, isolation extérieure, EC solaire

Uns salle commune de 50 M2, une buanderie de 4 M2, un atelier de 12 M2, un jardin de 50 M2, garage à vélo, parkings en sous-sol, …

 Un projet que l’on peut définir avec trois vocables : volonté politique, mixité sociale, et rapidité de réalisation.

* Volonté politique : c’est la SEM Hérault Aménagement qui construit des équipements et des logements sociaux pour le département qui a sollicité l’association éCOhabitons. Le département disposait d’un terrain de 9000  M2, situé au centre-ville de Montpellier ( l’ancienne DASS)  et avait prévu de faire œuvre innovante à deux niveaux :
            – créer une résidence de 149 logements avec une forte mixité sociale en mettant cote à cote 5 immeubles, 3 en promotion privée (SPAG et PITCH), un en location sociale et le dernier, ECOVIA, en habitat participatif.
            – associer 3 architectes au sein d’un atelier-projet pour faire des 5 bâtiments un ensemble harmonieux et fonctionnel.
            * Rapidité de réalisation du projet d’habitat participatif : comme il s’agit de concilier 3 éléments, le lieu géographique, les habitants souhaitant vivre là en partageant des espaces et des activités et les souhaits de chacun sur son logement privatif, ce type de projet demande souvent entre 4 et 7, voire 8 années. Donc, le projet ECOVIA a été mené rondement, en 3 années, entre juin 2016 et mai 2019.

Les caractéristiques propres à ce projet, qui ont notamment permis le délai plutôt raccourci :

  • Une association-collaboration d’architectes, qui a favorisé le projet « Résidences d’Assas », dans la rapidité de conception mais aussi dans le choix des entreprises (une seule entreprise pour le gros œuvre des 5 bâtiments e plusieurs marchés mutualisés)
  • Une association de l’habitat participatif citoyen dont les nombreuses actions de promotion depuis 2008 permettent d’attirer assez vite des candidats potentiels (plus de 200 personnes rencontrées pour ce projet).
  • Une participation des futurs habitants plus réduite sur la conception général du bâti dans la mesure ou le projet était déjà soumis à de nombreuses contingences règlementaires, architecturales et financières.

Pour ce dernier aspect, selon la position défendue par éCOhabitons 34, nous souhaitons obtenir un prix de vente, tout compris (hormis les frais de notaire) autour de 3 000 € le M2 habitables, espaces partagés inclus ; le compteur s’est finalement arrêté à 3 233 €/M2, ce qui nous situe bien en dessous du prix moyen du secteur d’environ 15 à 20 %, notamment par rapport aux 3 autres bâtiments la résidence d’Assas.

btr

Pilotage du projet : points forts et points plus faibles

La participation des futurs habitants à toutes les phases du projet , ce qui est au cœur de tout projet d’habitat participatif tel que défini par la loi ALUR s’est concrétisée à travers 42 réunions sur les 3 années , pour les 2/3 entre les futurs habitants avec le pilotage de éCOhabitons 34 et pour 1/3 avec l’architecte Nicolas BOUDIER et les représentants du maître d’ouvrage Hérault Aménagement.

Soulignons un point très positif et un point plus critique sur le déroulement du pilotage du projet.

En positif et plutôt rare dans les projets d’habitat participatif :

L’avancement rapide du projet et du chantier, alors même que le groupe de futurs acquéreurs n’était pas au complet et ce jusqu’au tout dernier stade, la pré-livraison des appartements ; c’est donc Hérault Aménagement qui a été mis à contribution pour le portage financier du projet, puisque les premiers contrats de vente en VEFA ont été signé bien longtemps après le démarrage du chantier de construction.

En négatif : certaines difficultés dans la gestion des relations entre le maître d’ouvrage faisant office de promoteur, essentiellement liées à deux aspects : la non existence d’une convention précisant tous les rôles et définissant la « participation »  entre le maître d’ouvrage et les futurs habitants (ici représentés par éCOhabitons) ; Cela pour préciser des points comme la liste de toutes les options déterminées par ces futurs habitants , en accord avec l’architecte  ou pour prévoir régulièrement des visites de chantier non techniques. Il faut noter que la réorganisation en cours au niveau des organismes chargées de la construction et de la gestion des logements pour le département de l’Hérault n’a pas facilité ces relations ; Le projet ECOVIA a ainsi connu 3 chefs de projets successifs.

Par ailleurs , nous avions 4 candidats pour une accession sociale à la propriété ( type PSLA), mais n’avons jamais trouvé de bailleur social prêt à s’engager, même tardivement, sur l’acquisition provisoire de 4 logements.

Un dernier aspect très positif à souligner : Le projet ECOVIA rassemble un ensemble de voisins, d’âge (entre 6 mois et 71 ans, moyenne à 42 ans) et de situations personnelles et professionnelles très différents. Et, chose assez rare dans les projets menés dans une zone tendue sur le plan du marché de l’immobilier : nous n’avons jamais eu à refuser tel ou tel candidat sous prétexte « qu’il y avait déjà trop de personnes âgées dans les participants ».

Les 19 acquéreurs, en fait 29 personnes, vont à présenter expérimenter le « vivre ensemble enrichi », la marque de fabrique du concept d’habitat participatif, avec leur première fête des voisins ( le voisinage des 149 logements de la résidence d’Assas) organisé le 24 mai 2019, 8 jours à peine après la remise des clefs !

Gérard straumann. 21.05.19

Contact : syndic.ecovia@yahoo.fr

Le Kakemono présentant le projet :

KAKEMONO Ecovia V2 (1)